top of page

Le massage est-il indiqué en cas de blessure musculaire ?


Une personne s'est blessée au poignet

Identifier les contre-indications et comprendre si le massage est adapté.


Une contracture soudaine lors d’un jogging ? Une douleur à l’épaule en soulevant un objet lourd ? Un sentiment de fatigue après un entraînement ?


Les blessures musculaires représentent l’un des motifs les plus fréquents de visite chez un massothérapeute.


Dans cet article, je vous détaille les différents types de traumatismes musculaires, classés par ordre croissant de gravité, et je vous précise dans quel cas le massage est indiqué !



Les douleurs musculaires sans lésions anatomiques


Ces lésions ne nécessitent pas de traitement médical particulier et on peut facilement les soigner soi-même avec un protocole adapté et du repos.


Hormis quelques restrictions que votre thérapeute identifiera, le massage est tout à fait conseillé pour ces blessures.



La crampe :

Il s’agit de la contraction involontaire, brutale et douloureuse d’un muscle ou d’un groupe musculaire.

La crampe est passagère et disparaît rapidement. Des étirements progressifs du muscle touché aident à la faire céder.

La récupération totale prend quelques minutes.



La courbature :

Il s’agit de microlésions des fibres musculaires qui provoquent une douleur musculaire diffuse après un effort plus intense ou plus long qu’à votre habitude.

La récupération totale prend quelques heures, on peut la favoriser en augmentant l’afflux sanguin vers le muscle par des bains chauds, du sauna, une reprise douce de l’entraînement… ou du massage!



La contusion :

Il s’agit d’une lésion musculaire causée par un coup ou un choc, qui provoque une douleur et un gonflement locaux. Si les capillaires sanguins sont endommagés, une ecchymose apparaît, voire un hématome.

Si vous vous présentez pour un massage avec une contusion, votre thérapeute prendra soin d’éviter de toucher la zone lésée.

La récupération totale prend généralement quelques jours.



La contracture :

Il s’agit de microlésions des fibres musculaires. Celles-ci se contractent involontairement de manière prolongée et, contrairement à la crampe, ne cèdent pas à l’étirement. On ressent à la palpation un point douloureux localisé, facilement identifiable (ce sont les fameux nœuds, ou trigger points).

Le muscle étant raccourci, il doit être mis au repos, car de nouvelles sollicitations pourraient causer une élongation ou une déchirure.

Le massage est l’une des meilleures façons de relâcher une contracture. Votre thérapeute insistera sur le point douloureux et étirera progressivement la zone touchée afin de faire diminuer la lésion.

La récupération totale prend quelques jours.


L’élongation :

Il s’agit de l’allongement excessif de certaines fibres musculaires, lorsque l’échauffement est insuffisant, ou que la surcharge n’est pas assez graduelle. L’élongation ne provoque pas de lésions tissulaires importantes, on ressent une douleur soudaine et modérée, que l’on peut localiser précisément. La douleur disparaît généralement au repos, mais se ravive lorsque l’on sollicite à nouveau le muscle.

On récupère d’une élongation en se mettant au repos durant deux semaines, avant de reprendre progressivement l’activité physique.

Le massage est déconseillé dans les premiers jours qui suivent la blessure (en phase aiguë), mais peut servir de traitement complémentaire en période de réadaptation pour soulager la douleur et les tensions musculaires. Votre thérapeute prendra soin de ne pas étirer le muscle touché.

La récupération totale prend quelques semaines.



Les douleurs musculaires avec lésions anatomiques


Ces lésions nécessitent une prise en charge médicale rapide, seule garante d’un rétablissement optimal.


Pour ce type de blessures, le massage n’est pas conseillé en première instance, mais peut être envisagé en phase de récupération afin de lutter contre la douleur et préparer le muscle aux contraintes de la rééducation.



La déchirure / le claquage :

Il s’agit d’une élongation traumatique d’un ensemble de fibres musculaires qui mène à leur déchirure. Le muscle est paralysé, la douleur est violente et brutale, comme un coup de poignard. Elle se réveille fortement lorsque l’on essaie d’étirer ou de contracter le muscle en question. Plusieurs hématomes et ecchymoses peuvent apparaître dans les jours qui suivent la blessure, et la raideur du muscle persiste durant plusieurs semaines. La récupération prend entre 1 et 3 mois.



La rupture :

Il s’agit de l’accident le plus grave. Ici, le muscle est totalement rompu et la blessure s’accompagne d’un épanchement de sang important. Le muscle est paralysé, la douleur est particulièrement intense. Elle se réveille fortement lorsque l’on essaie d’étirer ou de contracter le muscle en question. Le traitement médical est long et peut justifier un recours à la chirurgie.




Plus de 90% des blessures musculaires touchent les 4 grands groupes musculaires du membre inférieur (ischiojambiers, adducteurs, quadriceps et mollets), mais tous les muscles peuvent potentiellement être meurtris. Les facteurs de blessures peuvent tout aussi bien être externes (comme une chute), que liés à la personne elle-même (comme la mauvaise exécution d’un geste).


Dans tous les cas, prenez au sérieux chaque blessure, car elles constituent un réel traumatisme du muscle, et n’hésitez pas à vous faire accompagner par un professionnel de santé pour garantir un prompt rétablissement.



 

Chaque semaine (ou presque), je publie un nouvel article sur l’univers du massage et du bien-être, l’actualité du cabinet et les choses qui me tiennent à coeur !

Abonnez-vous à Sérotonine Massages sur Instagram pour ne pas manquer les prochains posts !

Kommentare


bottom of page